Changements pour la saison 2021 de canyon

A moins d’avoir été dans le coma et de se réveiller maintenant, il n’aura échappé à personne qu’on a une pandémie mondiale en cours et que l’organisation de tous change en permanence. Il y a un effet d’action et de réaction propre à n’importe quelle gestion de crise et en ce qui nous concerne : on va avoir un été mouvementé!

En effet, il semble que la clientèle française va rester majoritairement en France comme l’an dernier. La clientèle étrangère va pouvoir revenir grâce aux différents pass sanitaire et du coup il y aura beaucoup de monde. Les sites majeurs comme le Verdon, l’Ardèche, le Tarn vont se faire ruer dessus encore une année sauf que…

Action-réaction. En effet la très haute hausse de la fréquentation l’an dernier a un peu énormément crispé les mairies des villes et villages touristiques, les sites naturels et le milieu du tourisme au sens large qui au lieu de se réjouir de voir les français s’intéresser enfin à leur patrimoine ont mis en place diverses mesures de freinage de la fréquentation. On notera des canyons interdits, des routes règlementés, des parkings payants, des navettes de bus, des jauges de fréquentations, des amendes qui pleuvent. Le plus triste là dedans c’est que ça privera de travail les gens qui vivent du tourisme sans régler le problème de la fréquentation qui doit être réglé en amont et pas une fois sur le site.

Comme on ne va pas attendre des gestionnaires; je ne leur jette d’ailleurs pas la pierre; pour trouver des solutions avec des moyens limités (j’ai pas précisé lesquels, oh une pierre!), je vais tenter de sensibiliser les gens qui liront ce billet pour prendre eux même les bonnes décisions.

Il faut envisager directement les itinéraires bis et ter. Vous voulez aller en ardèche? Allez un peu plus au nord de ce département dans des villages authentiques. Vous voulez aller dans le Verdon? Allez dans le haut Verdon. Vous voulez aller dans les Ecrins? Allez plutôt dans le Queyras. Ce sera la même choses pour les canyons, osez la diversité! Vous avez déjà fait Riolan, Maglia, le Loup, Saint Auban? Il est temps d’aller à la Lance, Amen, Challandre, Carléva, Guiou…

En résumé : Il faudra profiter de l’ensemble de notre territoire et laisser tranquille les hauts-lieux touristiques qui seront de toutes façons saturés.

Un chose que beaucoup ont déjà oublié, c’est la tempête Alex. A moins d’habiter dans les alpes maritimes où on se sent concernés, ailleurs c’est dur d’imaginer que des vallées sont détruites et en cours de réparation. Des milliers de kilomètres de sentiers, des canyons, des rivières sont impraticables. Pourtant on vous demande de venir, les locaux ont besoin de vous afin de pouvoir se relever de ces épreuves à répétition. Je rappelle qu’on a eu en même temps, une tempête, un foyer épidémique et un attentat… On aimerait bien vivre autre chose que ça. Alors que faire? Tout simplement aller dans les vallées, boire un café, loger, randonner sur les sentiers refaits, parcourir les canyons même si il n’y a plus de sauts parce que ça reste très beau. Bref faire vivre nos montagnes.

Cet été, c’est le moment ou jamais de commencer à voyager différemment, s’imprégner des territoires, être curieux et visiter les endroits inconnus et ne plus suivre les belles photos d’instagram mais demander à aller voir ailleurs les sites inconnus!

A bient’eau

Activité canyoning et COVID19

Vous l’aurez forcément remarqué mais la majeure partie de l’humanité est confiné chez elle en attendant une solution de nos états et de la communauté scientifique, l’objectif actuel étant d’enrayer la propagation d’une épidémie dont on ne sait pas grand chose mais dont on apprend tout les jours.

Un jour viendra le moment où on pourra sortir de chez nous et où on essaiera de reprendre une vie normale. Ce qui pourrait prendre des mois ou des années. Bien évidemment j’espère pouvoir vous accueillir après ça et partager de bons moments ensembles mais il est légitime de se poser quelques questions avant, de votre côté comme du mien.

La pratique du canyoning est elle exposée au virus?

A l’heure actuelle on en sait absolument rien, il n’y a aucune étude réalisée et probablement aucune ne verra le jour. Il faudra donc appliquer des principes de précautions et de bon sens.

Il est assez facile d’imaginer que vous serez moins exposés au virus qu’au travail ou en ville vu qu’il n’y aura pas de brassage de population. Je serais la seule personne que vous rencontrerez avec les autres participants du groupe si il y en a.

Il est évident que si le site d’activité devient fréquenté, le risque de transmission augmente. Je m’engagerai à vous amener sur des parcours les moins fréquentés possibles.

L’accidentologie habituelle, telle que chevilles, poignets et autre coccyx est assurée par les secours montagne puis les services hospitaliers. C’est pour ça que l’activité est actuellement interdite (au 04 avril). une simple cheville peut vous exposer à être infecté à l’hôpital par un patient atteint.

Dans mes groupes j’ai extrêmement peu d’accident, vous respectez bien les consignes et faites attention. Cette année il faudra être encore plus rigoureux!

Respect des consignes, lois et décrets

Bien évidemment la base de notre travail se fait sur les préconisations des différents organismes qui nous gèrent et contrôlent. Nous appliquons déjà la consigne la plus dure quand il y en a plusieurs. Nous sommes amenés à avoir des informations par :

  • La direction département protection des population (ex-jeunesse et sport)
  • La gendarmerie, plus spécifiquement la section haute montagne
  • La préfecture des Alpes Maritimes
  • Nous respectons le code du travail et le code du sport
  • Nous avons des indications précises par nos syndicats professionnels (SNPSC)
  • Organisation mondiale de la santé
  • Nos clients, amis, familles sont dans le médical

Peut on attraper le virus par l’eau?

Le virus peut se transporter par les gouttelettes d’eau expirées ou toussées, il n’y a donc aucune raison qu’il ne puisse pas être transporté par l’eau d’une rivière. Cependant la charge virale sera vite diluée dans les millions de litres d’eau qui passent dans un canyon chaque jour, le virus mourra rapidement sans hôte. Je pense que le risque est quasi-nul dans un bassin versant élevé. En aval d’un village ou une ville, le risque augmentera avec les rejets d’eau usées, les embouchures de fleuves seront les plus exposées. Je m’engage à pratiquer dans les canyons les plus surs en tête de bassin versant. Attention ce ne seront pas forcément les plus classiques où tout le monde s’agglutine!

Avec un peu d’humour, on peut considérer qu’il s’agit de la seule activité où vous laverez les mains tout au long de la journée!

Faudra t’il porter un masque?

Nous suivrons les consignes données mais je peux déjà m’avancer à dire que ce ne sera pas pratique de porter un masque en canyon. En effet le masque se gorge d’eau très vite et il est impossible de respirer à travers. On a déjà essayé dans d’autres conditions, pour lutter contre les embruns! Oubliez aussi le masque easybreath dérivé dans les hôpitaux, vous risquez de vite devenir fou avec ça sur la tête. Il faudra utiliser la distanciation physique. Pas de câlins donc! Un foulard ou un tour de cou sont utilisables mais absolument désagréables et potentiellement dangereux.

Quelles seront les mesures mises en place par votre structure?

Le matériel fourni est lavé après chaque sortie avec un bactéricide-fongicide-virucide selon les préconisations du fabricant. Je me fournis en matériel médical pour la désinfection du matériel depuis que je travaille dans ce métier. De plus la rotation des combinaisons se fait sur deux jours soit 36 heures entre deux utilisations.

Bien évidement je me lave les mains fréquemment, surtout avec de tels produits!

Mon véhicule sera nettoyé après chaque groupe au niveau des poignées de porte et de fenêtre avec le même produit.

Puis-je pratiquer en comité restreint?

Il sera tout a fait possible de pratiquer sans autres personnes dans le groupe. L’an dernier j’ai proposé des formules en engagement. Le prix est plus élevé pour un petit groupe mais il correspond à mes frais engagés pour la sortie et à mon bénéfice afin de vivre. Vous aurez l’assurance de ne croiser que votre guide sur la sortie.

Il sera évidemment possible de réserver normalement, vous pourrez rencontrer d’autres personnes lors de la sortie.

Puis-je réserver et annuler?

Les réservations se font par téléphone ou mail et une validation sera forcément demandé par acompte via chèque, virement ou paypal. En cas d’annulation de ma part l’acompte vous est évidement restitué quelle que soit la raison.

En cas d’annulation de votre part, il y a un délais pour me prévenir d’une semaine avant la sortie. En deçà de cette semaine, l’acompte peut quand même vous être rendu si j’arrive à remplacer votre réservation par un autre groupe. Plus d’informations dans les conditions générales de vente.

 

Conclusion

Il faut rigoureusement respecter les consignes données par nos dirigeants : rester chez nous, se laver les mains et ne pas hésiter à aller bien au delà masque, gants, lavage intensif des textiles tant que l’épidémie ne sera pas passée.

Si les conditions ne s’y prêtent pas, il n’y aura pas d’encadrement canyon cette année. Ce n’est pas ce que je souhaite, c’est notre responsabilité à tous de finir vite avec cette contagion.

J’espère de tout cœur vous revoir bientôt sans stress et pour le plaisir!

Guillaume

Il est temps de se former

Ces dernières semaines j’ai effectué de nombreuses journées formation à la pratique du canyon. Je constate un réel engouement des pratiquants à apprendre et c’est une belle évolution de notre sport qui arrive enfin à maturité. L’an dernier j’écrivais un coup de gueule sur les pratiquants d’un autre temps et je suis heureux de proposer des solutions pour progresser et d’être engagé pour ça.

Quelques exemples de formation ces derniers temps :

Autonomie en canyon : Apprendre à partir en canyon par ses propres moyens avec ses amis et en sécurité

Formation stage canyon Formation stage canyon

Autonomie en progression sur corde : Apprendre à descendre, s’arrêter et remonter sur corde avec le matériel classique ou de réchappe

Equipement : Pose des ancrages, choix des emplacements, règles d’équipement

IMG_20190523_104235

Perfectionnement technique : passer des canyons faciles et classiques aux canyons complexes avec fractionnements, débrayables du bas et mains-courantes aériennes

Formation stage canyon
Formation stage canyon

Eau vive : Savoir gérer l’eau vive en canyon, lecture des mouvements d’eau et mise en oeuvre des franchissements

Terrain d’aventure : Franchir des cascades sans utiliser d’équipement à demeure par éthique ou nécessité

Formation stage canyon

Formation stage canyon Formation stage canyon

Tutorat : Former les guides de demain avec les bonnes pratiques

IMG_20190523_123214

Secours : de la gestion de l’accident à l’attente des services de secours

Pour ces formations, je passe par des cadres différents :

Engagement du moniteur : Réservez votre prof de canyon pour 260 euros en hors saison et 360 en pleine saison. Que vous soyez 2, 4 ou 6. Tarif à partager.

Cours auprès des clubs : J’enseigne pour le club canyoxygène une journée par mois sur des thématiques précises. Convivialité et partage.

Tutorat dans le cadre de jeunesse et sport : Pour une durée d’un an, je forme un futur guide à l’activité

La plupart des formations se déroulent en falaise ou en canyon sec. Pourquoi? Tout simplement pour ne pas à avoir à lutter contre le froid. Au plus les bases sont sures, au plus on pourra pratiquer en canyon aquatique. En effet la fluidité est une base de sécurité. Un groupe lent se met en danger par son exposition au froid et aux éléments. Rien de tel que d’apprendre dans des conditions agréables.

Formation stage canyon

N’hésitez pas et à bientôt suspendu au bout d’une corde à faire et défaire des nœuds!

De belles courses

Cet hiver je n’ai pas travaillé en magasin de ski comme les années précédentes. Du coup j’ai pu proposer du canyon tout l’hiver. Chez nous les canyons en eau sont interdit la saison froide, ce qui est un bon prétexte pour faire des canyons secs. Et quand on dit canyon sec, à l’exclusion des sauts, tout le reste est identique.

A la grosse différence qu’en canyon sec on se gèle pas!!

Certains de ces canyons ont une belle ampleur comme la Font de Barbin dans le Verdon avec sa vingtaine de cascades dont une de 115 mètres. Quelques photos de cette belle journée.

A savoir que les canyons secs se pratiquent couramment aussi en Espagne, Grèce, Jordanie, Maroc, Oman, Utah, Californie, Iran..

Bref n’hésitez pas avant la saison chaude!

IMG_20190318_104421 Ravin font de barbin

Ravin font de barbin Ravin font de barbin

IMG-20190319-WA0028 IMG-20190319-WA0011

IMG-20190319-WA0020 IMG-20190319-WA0026

IMG-20190319-WA0016 IMG-20190319-WA0014

Journée révision

journée perfectionnement canyon

Ce dimanche j’ai organisé pour le club Canyoxygène une journée révision et perfectionnement à la progression sur corde en canyon. Comme c’est l’hiver et qu’il fait pas bien chaud dans nos canyons favoris, j’ai choisi un site en falaise bien au soleil aux carrières romaines de la Turbie.

journée perfectionnement canyon

L’avantage de ce site c’est qu’au delà de son exposition plein sud, il est fréquemment utilisé comme école de corde pour les grimpeurs, spéléo, travailleurs accro et les canyonistes. Il y a des ancrages partout permettant d’imaginer les configurations les plus originales.

journée perfectionnement canyon journée perfectionnement canyon

Première étape, une vérification du matériel, de son usage et organisation. Ensuite direction les trois ateliers cordes.

  • Main courante simple et rappel plein vide sur corde 9mm un peu dure.
  • Main courante simple, rappel, fractio plein vide, rappel + déviation sur corde 10mm
  • Main courante simple, rappel, pendule, fractio, rappel sur corde 9mm qui file

Première étape comment se longer. ça semble si simple et pourtant il ne faut mettre ses mousquetons dans le bon sens et ne pas hésiter à se pendre sur les longes. Ensuite le choix du freinage en fonction du descendeur et de la corde. ça se complique. Très vite on évoque l’usage de l’auto-assurage dans des configurations aériennes. La reprise de charge.

journée perfectionnement canyon journée perfectionnement canyon

journée perfectionnement canyon

Dès qu’on arrive au fractionnement, le choix de l’endroit où se longer, le transfert de masse et préparer la descente suivante avec quelques pièges dans lesquels plusieurs s’emmêleront. Ce qui permettra d’évoquer lors d’un prochain stage « comment réchapper d’une situation scabreuse ».

journée perfectionnement canyon

On a pas eu de flagrant délit de saucissonage en photo

Viens ensuite le moment de la clé d’arrêt et là c’est pas encore gagné à tous les coups et il faudra répéter l’action pour que ça rentre. Il y a plusieurs écoles :

  • La clé coiffée d’origine spéléo, la facile,  qui fonctionne bien sur descendeur spéléo, SFD8, Pirana et Oka mais moins bien sur un 8
  • La clé gansé et nœud d’arrêt, la moins facile, qui fonctionne sur tout mais qui demande un bon freinage de base et pas mal d’entrainement
  • Celle où on mélange un peu les deux mais qui marche parce qu’on la connait bien

 

journée perfectionnement canyon

Après quelques passages, le franchissements se fluidifient, le soleil passe derrière la montagne, il est temps de rentrer chez nous et d’évoquer les prochaines journées au mois d’avril. On refera cette journée stage pour ceux qui l’ont loupé et j’organiserais la suivante : « équipement de verticale simple cotation V3A3″ 

Les autres thèmes prévus cette année : 

  • comment réchapper d’une situation scabreuse, autosecours
  • Eau vive
  • Premiers secours et assistance à équipier
  • Franchissement complexe : cascades fractionnées niveau V4A4
  • Organisation de course
  • … Plus de détails ici 

Les retours d’expérience de la journée

Noelle et David : Premiere journée initiation avec Guillaume… Guillaume est un guide de haut vol 😉 il a un don pour l enseignement, une.pedagogie hors norme … nous sommes dès à présent des inconditionnels …. des cours à ne louper sous aucun prétexte !!!! Nous recommandons ….

Guillaume le stagiaire : Super journée où on a pu revoir nos manips de base et apprendre de nouvelles techniques. Journée enrichissante j’ai hâte de pouvoir suivre les autres formations à venir

Guillaume (moi) : Une bien belle première journée avec vous. Je suis content d’avoir pu vous montrer des techniques et astuces qui vous seront utiles dans vos prochaines sorties, je suis tout enthousiaste à l’idée des quelques projets évoqués ensembles! A bientôt!

canyons secs divers ou d’hiver?

La saison canyon hivernale est toujours calme pour le canyonisme dans les alpes-maritimes. La réglementation interdit la descente des canyons habituellement en eau pour protéger les fragiles frayères à truites et les frileux canyonistes d’une hypothermie.

L’usage est donc de pratiquer les canyons secs ou de s’entraîner en falaises aux manipulations diverses de corde afin d’être prêt pour la saison.

Enfin j’écris ça, mais l’usage de beaucoup d’azuréens est plutôt d’attendre le mois de juillet pour aller pratiquer en sachant peu et en faisant les actions les plus étonnantes possibles.

On est allé faire Ciaudans et Rio-Sec. Deux canyons aux caractères bien différents.

Ciaudans est un ravin sec du Cians caractérisé par un plan de faille impressionnant. Dans la morphogenèse des canyons, Ciaudans se trouve dans la dynamique la plus forte de creusement, avec un bassin versant déjà conséquent et un ratio dénivelé/developpement très fort.

Canyons secs en hiver

La première partie qui est en quelque sorte encore l’approche du canyon lui-même donne une forte impression avec sa « chalanche » ruiniforme, c’est l’entonnoir qui recueille l’eau de pluie et emporte les roches érodées. Toute cette zone est fortement instable mais en étant prudent avec une approche montagne on peut la parcourir sans risque. Le tout étant de bien respecter les déplacements de chacun et d’être conscient que la corde elle même peut déclencher une chute de pierre.

Canyons secs en hiver

Une fois le premier grand rappel de 50 mètres fait, la roche devient meilleure dans du calcaire bien dur et ça se verticalise bien. On ne range plus la corde pour presque 400 mètres de dénivelé. C’est plus classique tout en étant très beau.
Canyons secs en hiver Canyons secs en hiver

Canyons secs en hiver Canyons secs en hiver

Canyons secs en hiver Canyons secs en hiver

Rio sec est lui géomorphologiquement un canyon presque fossile. Le bassin d’alimentation a partiellement disparu, rongé par le vallon opposé de Carbonière. Il en a fallu de l’eau pour creuser cet encaissement profond et finement sculpté. Aujourd’hui il ne coule qu’après de très fortes pluies et pas plus de quelques jours tout au plus. Par contre de nombreux bassins restent pleins d’eau longtemps après. L’intérêt de Rio-Sec réside dans sa philosophie « Via-cordata » Un peu comme une via ferrata mais avec des cordes et sans barreaux et singeries. De quoi bosser la progression sur corde pour mon groupe avec des mains courantes aériennes, des pendules, des rappels guidés et même des remontées sur corde et pour moi de sortir quelques techniques d’encadrement qu’on ne voit pas qu’en formation du coup. Une belle journée de rigolade!

Canyons secs en hiver Canyons secs en hiver

Si vous aussi vous êtes intéressé par une balade verticale sans avoir peur du froid, contactez moi!

Il fait pas trop froid pour aller en canyon

Glace et alpinisme alpes maritimes

Des fois le travail nous emmène dans des lieux féériques, surtout quand on est moniteur de canyon. De la glace se forme dans nos parcours habituels les rendant bien plus compliqués et engagés. Tantôt on passe dessus en marchant, tantôt on passe à niveau en brisant la glace. Ce qui est sur, c’est que c’est une pratique encore confidentielle même si la présence de ces photos gelées sur instagram a un certain effet boule de neige sur les pratiquants du monde entier.

En tous cas rassurez vous, je propose pas (encore) de formation ou d’encadrement dans ces conditions. Par contre en canyon sec au soleil ce n’est pas la même ambiance.

Glace et alpinisme alpes maritimes
Glace et alpinisme alpes maritimes

 

 

 

 

 

 

 

Au soleil il fait chaud et le tee-shirt se supporte très bien, le contraste avec les versants ombragé est saisissant. Quel régal de parcourir les grands rappels de Valcros sans lutter contre le froid juste en regardant le vide au dessous de soi.

Si vous aussi vous êtes intéressés par une balade verticale du genre, n’hésitez pas à me contacter, ça vaut le coup!

Valcros c’est moins d’une dizaine de rappels. Quelques tout petits puis un grand rappel fractionné de 70 mètres plein gaz sans toucher la falaise. Encore deux rappels d’une trentaine de mètres qui semblent minuscules et c’est fini. Le tout plein soleil!
Escalades des Alpes maritimes Escalades des Alpes maritimes

Ravin de valcros
Escalades des Alpes maritimesEscalades des Alpes maritimes
Escalades des Alpes maritimes

Coup de gueule : le canyoning et les failles spacio-temporelles

La première descente en canyon a été réalisée par Edouard Alfred Martel en 1905. La première descente avec corde en 1933 par F Cazalet, H Duboscq, R Mailly, R Ollivier au canyon d’Olzarthé Olhadubie. A ces époques les descentes se faisaient avec cordes en fibre naturelle, pull en laine et beaucoup de courage.

Dans les années 1980 les combinaisons néoprènes se démocratisent et l’activité explosent. C’est le sport fun et fluo. Extrême mais accessible finalement à beaucoup de monde. On utilise des baudriers et cordes d’escalade, des sacs à dos de randonnée, pas de casque ou peut être des casques de kayak.

J’ai découvert l’activité avec mon papa à cette période. Corde lovée en bandoulière à parcourir les 30 plus beaux canyons des alpes du sud ou les canyons de sierra de Guara grâce aux ouvrages de H. Ayasse ou P. Gimat.

Trente ans plus tard je suis professionnel de l’activité. J’ai parcouru plus de 2000 canyons dont plus de 600 différents. Effectué une centaine de première descente. Pratiqué en Espagne, Majorques, Corse, Sardaigne, Grèce, Albanie, Monténégro, Slovénie, Autriche, Italie, Crète, Réunion, Utah, Californie, Nevada, Colorado…

L’activité a beaucoup évolué aussi. Les combinaisons sont devenue spécifiques à l’activité, fini les ampoules derrière les genoux. Les baudriers aussi, casques, sacs à dos, cordes. On utilise des techniques spécifiques : rappels débrayables, main-courantes rappelables, déviations largables. On a gagné en vitesse, en sécurité et les canyons difficiles sont devenus plus accessibles.

Cependant…

Cet été encore j’ai pu assister à des anachronismes incroyables. Des pratiquants issus tout droit des années 1985!! Étrangement certains semblaient nés bien après les années 2000 mais pourtant : Pas de casques, combinaisons décathlon verte et bleu (la même que pour mes 14 ans!!), baudriers d’escalade fluo, vieilles baskets. Avec les techniques qui vont bien : sauter avant de sonder, 40 mètres de cordes dans le bassin pour des cascades de 3 mètres. Captain courage pour les grands sauts avec démonstration de l’encadrant en premier.

J’ai tenté de comprendre certains de ces groupes et voulu tenter des interviews. Histoire de savoir s’il s’agissaient de groupes disparus en 1988 et réapparus aujourd’hui ou de journées revival pour nostalgiques du bon temps. Il s’avère que ces gens là sont farouches, une réponse très rapide : C’est bon je connais! voir de me renvoyer dans les cordes de professionnels mercantiles qui est contre les pratiquants autonomes.

Un comble pour moi qui vient du milieu autonome et qui propose aujourd’hui des formations pour le devenir!

Bref si certains lisent ces lignes :

  • Un casque coûte 30 euros
  • Un baudrier coûte 45 euros
  • Une combinaison neuve 80 euros.
  • Une corde 50 euros. Soit pour environ 200 euros une mise à jour de plus de 20 ans!
  • Une location de matériel coûte 30 euros, un guide 50. La différence n’est pas traumatisante et vous apprendrez peut être des choses.
  • Une formation coûte de 30 euros avec l’achat d’un manuel technique jusqu’à 500 euros une semaine comme je propose à mi-saison.

Alors oui ça coûte mais stop!! Arrêtez de mener vos enfants en canyon alors que vous êtes des incompétents!! Remettez vous en question et apprenez quelques trucs pour diminuer votre exposition aux accidents.

Pour éviter de choquer ces dinosaures des temps modernes, je ne les ai pas pris en photo, j’ai mis de vrais photos d’époque. Mais si vous en croiser, il sont facilement reconnaissables!

Mascun en 1989 à 8 ans

découverte du Verdon

Calavon en 1986 à 5 ans

La bendola en 89

Bendola en 1991 à 10 ans

cascade d'orgon

Cascades d’Orgon en 1989 à 8 ans

Cascade de Louch

Cascade de Louch On sort un peu des sentiers battus. Pas de bollène ou de Cramassouri ce jour ci mais la cascade de Louch. J’avais un groupe qui avait déjà fait de beaux canyons comme Maglia pour Dorian et Riolan Pour Julie et Nicolas. Ils avaient bien aimé et voulait un canyon bien sympa, un peu plus difficile. On a donc affronté la belle cascade de 90 mètres bien visible d’Isola village.

    • Equipement check

 

  • vérification du serrage des baudriers check

 

 

  • Briefing check

 

 

  • remise en situation sur les deux premiers rappels check!

 

 

Il est temps de s’assoir dans le baudrier avec presque 100 mètres de gaz sous les fesses, je vois le regard inquiet mais confiant de mes partenaires du jour qui partent les uns derrière les autres. Quelques mètres sur les fesses dans la glissière du départ puis très vite les pieds face à la paroi avec la gerbe d’eau qui passe à quelques centimètres. Quelques dizaines de mètres après, plus le choix faut prendre la douche et avec pas mal d’ambiance, ça secoue un peu! Quelques gradins rocheux et hop le sol!

Cascade de Louch

Bravo à tous!!

Mais c’est pas fini, on rentre maintenant dans l’encaissement bien arrosé avec sa dizaine de cascades techniques. Quelques équilibres, quelques arrosages copieux et pas mal d’émotions et on arrive à la fin du canyon heureux et pas peu fier!
Cascade de Louch Cascade de Louch
Cascade de Louch Cascade de Louch
Cascade de Louch

Louch un superbe canyon en formule dynamique, c’est une demi-journée sportive à faire le matin. Au top, bravo à tous!

Quelle belle saison!

En mai fait ce qu’il te plait n’aura pas été vraiment le dicton de 2018, de nombreux orages ont éclaté tous les jours. On a bien tiré notre épingles du jeu en profitant des canyons habituellement secs qui coulaient bien à ce moment.

En juin on est resté dans le même esprit. On s’est régalé dans l’Imberguet ou dans Bagnolar ou Cuébris. Les orages se sont ensuite calmés et on a pu retourner dans des canyons comme Riolan.

Juillet est là, la chaleur aussi. L’avantage cette année c’est que tous les canyons sont en conditions en même temps! L’imberguet coule toujours et on peut Aller à la clue d’Aiglun le lendemain. La météo est enfin stable, on se régale.

Pour réserver c’est comme d’habitude. Un coup de téléphone, ne pas hésiter à laisser un message! On convient du canyon, du jour et du nombre de participants.

Le jour J, je vous retrouve au rendez vous avec combinaisons, harnais, sac avec bidon étanche, casques et cordes. On profite de l’activité ensemble.

Pensez à prendre des chaussures et un casse croute pour la pause du midi!

A bientôt sous les cascades!

IMG_20180713_104431IMG_20180713_123836

Clue d'amen avec un guide canyon

Derniere cascade du final de la Clue d’Amen

ça jump de 8 mètres!

Grand saut de Cuébris

IMG_20180421_143504IMG_20180609_132741IMG_20180613_122452IMG_20180616_133634IMG_20180621_123836_1IMG_20180706_124659IMG_20180709_123111