La première descente en canyon a été réalisée par Edouard Alfred Martel en 1905. La première descente avec corde en 1933 par F Cazalet, H Duboscq, R Mailly, R Ollivier au canyon d’Olzarthé Olhadubie. A ces époques les descentes se faisaient avec cordes en fibre naturelle, pull en laine et beaucoup de courage.

Dans les années 1980 les combinaisons néoprènes se démocratisent et l’activité explosent. C’est le sport fun et fluo. Extrême mais accessible finalement à beaucoup de monde. On utilise des baudriers et cordes d’escalade, des sacs à dos de randonnée, pas de casque ou peut être des casques de kayak.

J’ai découvert l’activité avec mon papa à cette période. Corde lovée en bandoulière à parcourir les 30 plus beaux canyons des alpes du sud ou les canyons de sierra de Guara grâce aux ouvrages de H. Ayasse ou P. Gimat.

Trente ans plus tard je suis professionnel de l’activité. J’ai parcouru plus de 2000 canyons dont plus de 600 différents. Effectué une centaine de première descente. Pratiqué en Espagne, Majorques, Corse, Sardaigne, Grèce, Albanie, Monténégro, Slovénie, Autriche, Italie, Crète, Réunion, Utah, Californie, Nevada, Colorado…

L’activité a beaucoup évolué aussi. Les combinaisons sont devenue spécifiques à l’activité, fini les ampoules derrière les genoux. Les baudriers aussi, casques, sacs à dos, cordes. On utilise des techniques spécifiques : rappels débrayables, main-courantes rappelables, déviations largables. On a gagné en vitesse, en sécurité et les canyons difficiles sont devenus plus accessibles.

Cependant…

Cet été encore j’ai pu assister à des anachronismes incroyables. Des pratiquants issus tout droit des années 1985!! Étrangement certains semblaient nés bien après les années 2000 mais pourtant : Pas de casques, combinaisons décathlon verte et bleu (la même que pour mes 14 ans!!), baudriers d’escalade fluo, vieilles baskets. Avec les techniques qui vont bien : sauter avant de sonder, 40 mètres de cordes dans le bassin pour des cascades de 3 mètres. Captain courage pour les grands sauts avec démonstration de l’encadrant en premier.

J’ai tenté de comprendre certains de ces groupes et voulu tenter des interviews. Histoire de savoir s’il s’agissaient de groupes disparus en 1988 et réapparus aujourd’hui ou de journées revival pour nostalgiques du bon temps. Il s’avère que ces gens là sont farouches, une réponse très rapide : C’est bon je connais! voir de me renvoyer dans les cordes de professionnels mercantiles qui est contre les pratiquants autonomes.

Un comble pour moi qui vient du milieu autonome et qui propose aujourd’hui des formations pour le devenir!

Bref si certains lisent ces lignes :

  • Un casque coûte 30 euros
  • Un baudrier coûte 45 euros
  • Une combinaison neuve 80 euros.
  • Une corde 50 euros. Soit pour environ 200 euros une mise à jour de plus de 20 ans!
  • Une location de matériel coûte 30 euros, un guide 50. La différence n’est pas traumatisante et vous apprendrez peut être des choses.
  • Une formation coûte de 30 euros avec l’achat d’un manuel technique jusqu’à 500 euros une semaine comme je propose à mi-saison.

Alors oui ça coûte mais stop!! Arrêtez de mener vos enfants en canyon alors que vous êtes des incompétents!! Remettez vous en question et apprenez quelques trucs pour diminuer votre exposition aux accidents.

Pour éviter de choquer ces dinosaures des temps modernes, je ne les ai pas pris en photo, j’ai mis de vrais photos d’époque. Mais si vous en croiser, il sont facilement reconnaissables!

Mascun en 1989 à 8 ans

découverte du Verdon

Calavon en 1986 à 5 ans

La bendola en 89

Bendola en 1991 à 10 ans

cascade d'orgon

Cascades d’Orgon en 1989 à 8 ans

Une réponse "

  1. Chris dit :

    Bjr
    Comme je suis de ton avis. J en ai moi aussi tellement vu en 15ans d’activité instructeur EFCanyon et même si j’ai stopper l’activité intensive il y a 10 ans, je constate que le problème n’a pas changé quelque soit le sport d’aventure. Il y a toujours des champions de la méconnaissance. Que se soit au niveau matériel, environnement, techniques, physique, physiologique et pédagogique voir meme le cumul de tout ça. Le problème à la liberté de la pratique. Rien n’oblige personne à se former ou même se renseigner. Aujourd’hui si t’as un soucis dans la visite quotidienne, tu prends ton téléphone et quelcun est la pour t’aider mais dans un terrain d’aventure c’est plus compliqué et parfois trop tard.
    Pourtant des solutions il y en a, c’est juste un problème de sensibilisation. En 2 décennie j’ai vu énormément de média parlé d’accident et de secours mais combien de reportages ou articles journaux sur la formation???
    Bref c’est pas prêt de changer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s